Presse

Norcan mise sur l’innovation avec son robot collaboratif

14 juin 2019

Norcan a inauguré ce jeudi à Haguenau l’unité de fabrication du Sherpa, son nouveau bébé. Ce robot collaboratif d’assistance à la manutention marque une nouvelle étape de développement pour le spécialiste des équipements industriels sur mesure. 

Le robot collaboratif Sherpa en démonstration. Photo DNA /F. KOBI 

La nouvelle activité robotique est complémentaire à la réalisation de chariots, convoyeurs, et autres structures modulaires en aluminium fabriquées par Norcan pour l’automobile, le ferroviaire, l’aéronautique, la pharmacie, la logistique et l’e-commerce. Avec elle, la PME reprise il y a cinq ans par Stéphane Fauth et quatre cadres maison, affiche ses ambitions de croissance (DNA du 21 juillet et du 21 octobre 2017). Une croissance bâtie sur l’innovation. 

Le lancement du robot collaboratif Sherpa a réuni des industriels clients de Norcan, et les partenaires financiers, industriels et institutionnels qui ont accompagné l’entreprise dans ce projet innovant. 

En mode suiveur ou autonome 

Après une présentation sur grand écran sur l’air de La Guerre des étoiles, l’engin – un concentré de haute technologie – est entré en action en déambulant dans le hall avec des bacs lourdement chargés. Ce chariot révolutionnaire peut suivre le préparateur de commandes comme un petit chien, ou se déplacer seul suivant un parcours déterminé, en évitant les obstacles. Avantage : il soulage le salarié des tâches de manutention inutiles et libère les mains de l’opérateur. Tout cela grâce à un logiciel qui fonctionne grâce à un système de capteurs laser. vendredi 14 juin 2019 

« On est un des seuls sur le marché à combiner les modes suiveur et autonome », souligne Stéphane Fauth, le patron de Norcan. Pour la partie intelligence robotique, Norcan s’est adjoint le concours de la société Baylo, une start-up technologique. 

La démarche industrie du futur 

La PME haguenovienne a mis trois ans pour développer ce concept novateur. Après la réalisation d’un premier prototype fin 2016, ce chariot autonome a été testé chez une cinquantaine de clients. Il était en démonstration à la foire de Hanovre, le salon mondial de l’Industrie. 

« Norcan aime les usines et les ouvriers », dit son président Stéphane Fauth. C’est l’une des raisons qui l’ont poussée à se lancer dans l’innovation : « L’entreprise a un historique important dans la livraison de chariots, avec une sensibilité aux problématiques de pénibilité. » L’autre raison, c’est que l’entreprise est un « intégrateur de solutions » qui lui demande d’être à l’écoute des clients. Elle s’inscrit dans la démarche industrie du futur. 

Norcan consacre 4 % de son chiffre d’affaires à la recherche et développement. L’implantation de la nouvelle activité « Robotics et Distribution » sur le site de Haguenau mobilise « plus de 2 millions d’euros d’investissements en 2019, sans la partie immobilière. » 

Avec la mise en service d’un hall dédié, la société haguenovienne entre dans la phase de commercialisation. Elle a déjà vendu six exemplaires de son Sherpa. Une dizaine d’autres devrait suivre prochainement. « Sur les 250 dossiers que nous avons sur le bureau, il y a 80 manifestations d’intérêt », se réjouit Stéphane Fauth. 

Le prix de cette petite merveille d’intelligence robotique ? « Entre 25 000 et 35 000 euros ». 

Une vingtaine d’emplois créés d’ici 2021 

Après le robot porteur de bac, Norcan travaille sur un Sherpa souleveur de palettes (jusqu’à 1 000 kg de charges) qui sortira l’an prochain. Et elle veut développer un autre Sherpa tracteur, capable de tirer des chariots. 

À ce jour, le projet a déjà créé 15 emplois d’ingénieurs, de techniciens et d’ouvriers. Et d’ici 2021, le site de Haguenau, où travaillent 115 salariés, prévoit une vingtaine d’embauches. 

Norcan, qui veut augmenter son chiffre d’affaires (21 millions d’euros en 2018) de 50 %, et sa part à l’export de 25 à 50 % à un horizon de trois à cinq ans, dispose là d’un levier de croissance prometteur. 

©DNA